Interview : Ramzi Adek

illustration-cyclones-mag-ramzi-adek

Ramzi Adek représente l’artiste en accord avec son temps. À la fois pop artiste et street artiste, l’homme derrière le personnage de « Mickadek » expose sa vision de l’art actuelle à travers une interview qu’il nous a accordé. L’artiste s’inspire de ses centres d’intérêts électiques tels que le graff ou encore la musique pour dévoiler des oeuvres aussi singulières qu’accessibles à tous. Subversif à sa manière, ses oeuvres offrent une interprétation multiple en utilisant bon nombre de personnages familiers. De ce fait, Ramzi Adek a eu la gentillesse de nous délivrer sa vision artistique du cyclone. Retrouvez ci-dessous l’interview que nous lui avons consacré.

« J’ai d’abord pensé à faire mon personnage Mickadek avec un cyclone et puis je me suis dit que cet exercice était un bon moyen d’emmener une bonne fois pour toutes les gens à comprendre mon art, à dépasser la simplicité de l’apparence première pour creuser dans la profondeur et la signification des détails. Pour les aider à capter, voici quelques clés pour interpréter ce projet « Cyclones Mag by Ramzi Adek…

Pour te planter le décor, le lapin (celui du métro parisien pour rappeler le côté street) représente l’Humain. Son job, qui est aussi le mien, représenté par la bombe de peinture, est ce qui lui permet de ramener son oseille. On le voit ici sortir de son trou, celui de la rue – du moins il essaye! A partir de là tu as deux lectures possibles. Soit tu considères que le monde parfait qui l’entoure n’est qu’illusion, un cyclone féerique qui l’attire indéniablement, pour le retenir comme pris au piège par notre société actuelle. Soit la deuxième option, consiste à interpréter ce cyclone comme étant  fabriqué de toute pièce pour essayer de mieux vivre dans cette société en essayant de réaliser ses rêves. A chacun son « Disneydream »! Pour ma part, je considère que ce monde merveilleux n’est qu’un cyclone dans le sens où il n’est que de passage… Et qu’il peut faire beaucoup de dégâts! – A méditer… »

Qui est Ramzi Adek?

Un street – pop artiste français, mais là je t’offre rien d’exclusif (rires). Laisse moi plutôt te parler de Mickadek (alter ego de l’artiste projeté sur toile) ! Il a vu le jour il y a 5 ans dans un atelier rue de paradis à Paris. Je travaillais sur des toiles avec un personnage de Walt Disney qu’on ne présente plus et là une amie l’a surnommé Mickadek. C’est un vrai personnage à part entière puisqu’il s’inspire de l’Humain, de moi mais aussi des autres. Je me suis d’ailleurs inspiré des gens de mon entourage pour son caractère. Je voulais un personnage attirant et avec une vraie personnalité. Mickadek c’est un compagnon attachant qui vous veut du bien. Si le public l’apprécie c’est parce qu’il est humain (sourire), c’est là que réside le secret de sa popularité.

Parles-nous de ton parcours?

J’ai eu un parcours facile et difficile à la fois, mais quand même plus difficile que facile. Je suis de ceux pour qui chaque pas est une lutte, un combat, mais ça ne m’empêche pas d’avancer. Malgré les difficultés, je fais souvent des trucs cool comme par exemple le Art Basel à Miami qui s’est déroulé en Décembre dernier où j’ai exposé mes œuvres lors d’une soirée événement où j’ai pu accueillir SBTRKT et autres membres du label AM ONLY.
Comme dirait IAM « on est pas nés sous la même étoile mais tant pis c’est pas grave ». On apprends de ses erreurs alors j’en ai fait plein, pour apprendre plus vite (rires)

Quelles sont tes inspirations? Sans hésitation, les années 80 ! Cette culture pop et fluo avec la génération d’enfants de la télé, drogués aux séries et aux pubs. Je suis un type issu de cette éducation populaire, c’est pour cela que je fais du pop art « populart ».

Que veux-tu véhiculer à travers des œuvres?

Ce que dégagent mes oeuvres, c’est essentiellement du funk, de la couleur et du plaisir. Après si tu découvres le double effet à la kiss cool, c’est tout « bueno », aussi bon qu’un Kinder Bueno (rires). Je t’embrouille un peu mais c’est pour t’expliquer que je ne fais rien de « gratuit ». Tout est réfléchi. Dans ma tête c’est un bordel mais un bordel organisé. Au final tout est équilibré pour avoir un résultat super esthétique avec un réel message.

Tes futurs projets?

« A little less conversation » (sourire)… Le programme de ma vie c’est d’être heureux et me tenir loin de ce que je déteste. Après comme projet imminent je me disais dernièrement pourquoi pas me mettre à la pêche ? Rencontrer des gens cool, vraiment cool. Et tout péter… comme un cyclone !!! (sourire)

NEWSLETTER