Interview : Louie Lopez nous présente son premier Pro modèle chez Converse

Pour le lancement de son premier modèle pro chez Converse, la Louie Lopez Pro, le skateur californien était de passage à Paris, sous la neige. Un peu timide, il s’est livré sur sa relation avec ses parents, Converse, et du skate en général !

Salut Louie ! T’as que 24 ans et pourtant j’ai l’impression que t’es un vieux dans le skate, comment t’es arrivé la dedans, j’ai cru comprendre que ton père y était pour beaucoup ?

Ce n’est pas lui qui m’a mis sur une planche de skate, j’y suis allé de moi-même, mais quand il a vu que ça me plaisait il m’a poussé à le faire, mais qu’importe ce que je fais il me supporte toujours, et ma mère aussi. Les deux ont une grande influence sur ma carrière.

Certains parents dans le monde du sport peuvent être un peu envahissant, ou en tout cas pousser vraiment leurs enfants durant leur jeune âge, ça a été le cas pour toi ?

Non pas du tout, ils me supportent, m’aident, mais ils m’ont jamais forcé à faire du skate, ou des compétition, tout s’est fait très naturellement et sainement. Ils me conseillent dans mes choix, mais les respectent s’ils ne vont pas dans leur sens.

Et alors Paris, j’imagine que ce n’est pas ta première fois ici ? Une bonne ville pour le skate ?

Non en effet, je suis déjà venu quelques fois avec la team Converse. C’est une super ville, pour tout, la bouffe, la culture, les bars, et le skate. On voit qu’il y a une grosse communauté ici, et des supers spots. Bon, malheureusement avec la neige ces derniers jours j’ai pas pu skater pour l’instant. Mais c’est un mal pour un bien, je viens de Californie, je ne vois pas trop la neige (rires), et c’est la première fois que je la vois à Paris donc plutôt cool !

Comment la connexion avec  Converse s’est faite ?

Très naturellement, des rencontres, de bons contacts avec les gens de Converse, et petit à petit on s’est mutuellement dit que ce serait intéressant que je rejoigne la team. Et puis c’est une marque super importante dans le monde du skate, mythique presque, donc c’était un honneur de pouvoir les rejoindre. Ils m’ont aussi aidé à grandir et évoluer en tant que skateur. Surtout qu’il y a des anciens, comme Kenny Anderson ou Mike Anderson (leurs interview sont à retrouver ici et ici). C’est forcément intéressant d’évoluer à côté de légendes comme eux.

Tu présentes aujourd’hui ta premier Pro modèle chez Converse, comment  c’est passé le processus créatif ?

Ça a pris un peu plus d’un an, et c’est normal. On voulait vraiment sortir un nouveau modèle et pas juste une adaptation d’un modèle existant ou j’apposerais mon nom dessus. Je me suis plongé dans les archives de Converse, puis j’ai pensé aux modèles de skate existant que j’aimais, et ceux pas forcément de skate mais avec lesquels j’aimais évoluer, et essayer de les rassembler dans une seule paire. Et l’idée était de faire un nouveau modèle, mais qui ressemblait à une paire classique de Converse, que ce soit dans la forme, les couleurs, ou les matériaux utilisés.

Le skate est passé d’un statut de « paria », à presque mainstream en quelques années, t’en penses quoi ?

Le skate n’a jamais été aussi important que maintenant, et tout le monde veut en faire partie. Mais je trouve ça cool qu’autant de gens s’y intéressent. Avant le skate n’était pas apprécié à sa juste valeur, donc c’est que du positif selon moi. Avant on te regardait bizarrement, maintenant si t’es sur un skate t’es le mec cool (rires).

On a une image des skateur comme des mecs un peu « destroy », et pourtant quand on vois les membres de la team Converse, comme Mike ou Kenny Anderson qui sont tous les deux vegans, père de famille, cette image change radicalement.

Le skate c’est vraiment professionnalisé, donc forcément, toute la préparation et le style de vie a changé aussi. Ça nous empêche pas de faire la fête aussi, mais maintenant on fait plus attention c’est sur. Après personnellement je ne suis pas vegan, mais il arrive souvent qu’en tournée, Mike et Kenny nous amènent dans des restos vegans, mais on est tous cool avec ça ! Mais ce n’est pas que dans le skate, au final le monde entier est comme ça maintenant. Tout le monde fait du sport, essaye de mieux manger etc.

Quoi de prévu pour l’année ?

Rien en particulier. Juste continuer à faire ce que je fais, skater, partir en tournée, faire des vidéos. Et on verra bien ce que l’année me réserve !

crédit photo : Paul Fogiel

NEWSLETTER