Interview : Cyril Benzaquen, champion du monde de kickboxing et ambassadeur Everlast

View Gallery
5 Photos
Interview : Cyril Benzaquen, champion du monde de kickboxing et ambassadeur Everlast
Cyril Benzaquen-Dome Versailles_0672©RAPHAELLUGASSY

Interview : Cyril Benzaquen, champion du monde de kickboxing et ambassadeur Everlast
Cyril Benzaquen-Dome Versailles_0686©RAPHAELLUGASSY

Interview : Cyril Benzaquen, champion du monde de kickboxing et ambassadeur Everlast
Cyril Benzaquen-Dome Versailles_0711©RAPHAELLUGASSY

Interview : Cyril Benzaquen, champion du monde de kickboxing et ambassadeur Everlast
Cyril Benzaquen-Dome Versailles_0716©RAPHAELLUGASSY

Interview : Cyril Benzaquen, champion du monde de kickboxing et ambassadeur Everlast
Cyril Benzaquen-Dome Versailles_0908©RAPHAELLUGASSY

Le 13 juin dernier, Cyril Benzaquen, nouvel ambassadeur français de la marque Everlast a remis son titre de champion du monde de kickboxing en jeu au Palais des Sports à Paris, face au boxeur espagnol Daniel Frigola. Pour l’occasion, nous lui avons posé quelques questions sur son parcours, la marque et ses goûts en termes de mode. Il est revenu sur son histoire, son parcours sportif et ses débuts avec la marque Everlast.

Questions :

1. Cyril, tu as commencé à 14 ans la Boxe Thaï. Quelle est la chose qui t’a attirée vers ce sport ?
Je recherchais un sport de combat complet, je voulais me sentir bien dans mon corps. Quand j’ai débuté la boxe, je commençais à être un peu sportif et je voulais devenir fort.

2. Comment s’est fait le partenariat avec Everlast ? Pour toi, que représente cette marque et quelles sont les pièces (training et lifestyle) que tu apprécies le plus ?
La marque EVERLAST est tellement iconique pour la boxe, que je pourrais passer des heures entières à t’en parler. C’est la marque que j’associe aux légendes de la boxe telles que Ali ou Tyson.
Les pièces que j’aime le plus ce sont les gants, ils sont trop biens !! On sent vraiment la qualité au-dessus ! D’un point de vue lifestyle, le sweat shirt bien sûr !! Iconique aussi ! Quand j’étais plus jeune, je me souviens que beaucoup de gens portaient le sweat sans avoir de lien avec la boxe.
La mise en place du partenariat s’est faite suite à une rencontre avec les représentants de la marque en France. On a appris à se connaître, je crois qu’ils m’apprécient et moi aussi !

3. Diplômé de Master 1 et d’un Master 2 à l’université de Dauphine, comment as-tu cumulé les deux afin d’avoir pour le moment une brillante carrière dans le sport et avoir fait de longues études ?
Tout simplement en travaillant, et du coup pas tellement de temps de « repos » et d’amusement mais je n’en ressentais pas le besoin car toute l’énergie que je passe à l’entrainement c’est du bon temps, c’est ma passion.
L’école, fallait plus voir à long terme, c’était pas évident de se motiver mais j’ai la chance d’avoir des parents et un entourage qui m’ont beaucoup poussé dans ce sens là. Du coup, à l’époque, c’était réveil à 7h ou 8h les jours où je faisais un footing matinal puis j’allais en cours, je sortais à midi, je filais à l’entraînement, je mangeais dans la voiture en vitesse avant de reprendre les cours puis quand la journée de cours se terminait, j’enchaînais sur le 2ème entraînement de boxe le soir. Et parfois, je bossais mes cours la nuit … C’était un vrai parcours du combattant, de te le raconter ça m’a épuisé (rires).

4. Quel est pour toi à ce jour ton plus beau combat ?
J’en ai plusieurs en tête, je me souviens de ce gros combat contre le champion russe Aleksander Stecurenko qui était clairement favori. Et sinon l’été dernier à St Tropez, pour la Fight Night quand j’ai fait le tournoi, avec deux combats, ça double les émotions donc j’étais super heureux à la fin.

5. Quel a été pour toi le titre le plus difficile à aller remporter et pourquoi ?
Je pense que c’est le titre de Champion de France Prode K1 en 2014, mon adversaire ne voulait rien lâcher, c’était super serré et au final j’ai gagné mais c’était dur.

6. Peux-tu nous raconter une journée type ? Ce ne doit pas être évident pour toi de jongler entre ton statut de chef d’entreprise et de champion du monde de Kick-boxing.
C’est en fait un peu la même journée que quand j’allais à l’école, sauf qu’aujourd’hui au lieu d’être à la fac, je suis en rdv pro ou je bosse de chez moi. Ça fait toujours des journées bien remplies !! Mais j’aime ça, je travaille dans le seul but de booster ma carrière et mon sport donc c’est que des bonnes ondes et en plus, j’ai la chance de travailler en famille avec des personnes de confiance.

7. La Boxe Thaï veut être présente aux Jeux Olympiques en 2024. Si jamais ça l’est, tenteras-tu ta chance pour y participer ?
Je ne sais pas trop encore car le rythme amateur n’est pas le même qu’en pro et en plus, aujourd’hui je suis plus spécialisé en Kickboxing, mais je t’avoue que si l’occasion se présente, je fonçe !

8. Comme tu as pu le constater, nous sommes un magazine très accès sur la mode. J’aimerais que tu nous décrives ton style vestimentaire en quelques mots ?
Mon style vestimentaire je dirais sport chic, j’adore mixer un pantalon en mode sport / strech avec des chaussures ou sneakers et une chemise par exemple. J’aime être à l’aise au niveau des jambes au cas où on me demanderait de mettre un coup de pied (rires).

crédit photo : @raphaellugassy

NEWSLETTER