Album Review #4 Stalley « Ohio »

stalley-ohio review by cyclonesmag

On vous l’avait annoncé il y a quelques semaines en vous balançant notamment plusieurs clips. Il est enfin là, l’album de Stalley Ohio. Il a déjà une sacré notoriété dans le milieu et a déjà sorti de nombreuses mixtapes. Mais Ohio est bel et bien son premier album. Côté production, le rappeur de Massillon s’est entouré de son compère depuis le début, Rashad, le tout enregistré sur le label du mastodonte Rick Ross : Maybach Music Group. Côté invités, on est gâté là aussi : Rick Ross, Nipsey Hussle, De La Soul, ou encore Ty Doll $ign.

Rentrons sans tarder dans le vif du sujet avec le premier titre qui vaut également d’introduction, « Welcome to Ohio ». Stalley nous présente sa région, sa spécificité « We are Midwest Rap », et bien sur met en avant son état l’Ohio. N’oublions pas que c’est aussi le berceau d’autres célébrités comme LeBron James ou Kid Cudi, qu’il cite d’ailleurs. Le MC est talentueux, et le résultat est là dès les premières sonorités.

« Problems » est la chanson la plus sombre, de part son contenu ou les ambiances musicales qu’elle créée. On parle des choix qui influencent la vie d’un jeune venant des quartiers (project en anglais), il doit toujours garder en tête la balance bien/mal tout en sortant de ce cauchemar. « It’s hard here, nightmares / ‘Cause I don’t want my kids to grow up here ». Cette description du quotidien que nous fait Stalley est très puissante.

« Jackin’ Chevys ». Voilà un morceau intéressant, on reprend les codes old school de la côte ouest. Il prend clairement ce parti pris, il encense Easy-E et lui déclare son admiration pour tout ce qu’il a apporté au rap et aussi pour le mythique film « Boyz n’ tha Hood ». Le clip se déroule dans les rues de Los Angeles, où le rappeur arpente la ville à bord d’un Low rider Chevy, le tout dans un style purement west coast. On retrouve d’ailleurs sur le morceau « What It Be Like » un peu plus tard dans l’album, le prodige Nipssey Hussle originaire du quartier de Crenshaw à LA.

« Navajo Rugs » est un beau titre qui conclue l’album avec en featuring le mythique groupe De La Soul. Le son est saturé, un peu crasseux, il met beaucoup d’effet dans son micro pour avoir ce côté reverbe. Le flow est traînant, limite nonchalant. Les MC se succèdent sans changer l’armature global. Mais à la base le rap c’est ça, une instru très simple (un beat, une boîte à rythme qui tourne en boucle) permettant au rappeur de montrer ce dont il est capable. Et Stalley est capable de beaucoup.

L’essai est transformé pour Stalley, ce premier album confirme les attentes qu’on avait placé en lui depuis quelques temps maintenant. Le jeune produit de l’Ohio est bon, talentueux, pas pour rien qu’il est signé chez MMG avant même d’avoir sorti son premier album. De belles années se profilent devant lui. On apprécie énormément cet album et on espère qu’il vous plaira tout autant.

Pour retrouver nos précédentes Album Review, c’est par ici.

NEWSLETTER