[Test] Grind Wireless, le casque Bluetooth par Skullcandy

Skullcandy, marque connue pour ses casques audio alliant lifestyle et performance, continue d’élargir son offre à travers le développement de sa gamme audio sans fil. Après le test des intra-auriculaires dédiés au sport Skullcandy XT Free, nous avons eu l’opportunité de tester le Skullcandy « Grind Wireless », la version sans fil du casque lifestyle sorti l’année dernière. Annoncé comme le meilleur modèle Bluetooth en termes d’acoustique et de fonctionnalités, le « Grind Wireless » tient-il toutes ses promesses ?

Tout d’abord, le casque est d’une légèreté étonnante. Compact et robuste, celui-ci se compose d’un arceau en métal léger et rétractable (idéal pour le transport), surmonté d’une housse en cuir reliant les oreillettes en plastiques. Ces dernières sont dotées de coussinets en mousse qui leurs confèrent un confort sans égal. Ainsi, l’utilisation prolongée du casque n’est aucunement gênante. Côté design, il reprend la finition épurée de son aîné, ce qui est un autre bon point.

Au niveau technique, le Skullcandy Grind Wireless se révèle simple et intuitif à l’emploi. Le système maison Tap Tech, qui centralise la gestion des appels et de la musique, se gère grâce à trois boutons intégrés sur le haut-parleur droit : deux boutons (+/-) dédiés au volume (appui bref) ainsi qu’au changement de morceau (appui long) et un bouton d’action. En mode sans fil, le casque possède une autonomie de 12 heures, ce qui se révèle plutôt correct pour une utilisation active (transport, sport, etc…). Et quand la batterie lâche, il suffit de passer en mode « filaire » pour continuer à profiter du casque. A noter qu’il est fourni avec un câble USB pour recharger la batterie.

Outre sa légèreté et sa robustesse, l’un des bons points du Skullcandy Grind Wireless réside dans sa qualité audio. En effet, l’écoute se révèle dynamique et chaleureuse dans le sens où le casque laisse transparaître des nuances acoustiques plus riches que l’ancien modèle. La gestion des basses est excellente, juste ce qu’il faut pour apprécier un morceau sans que celles-ci viennent gâcher l’expérience d’écoute. Enfin, l’isolation de l’environnement extérieur est très bonne, idéale pour une utilisation dans les transports en commun. Mais sans vous couper totalement de ce qu’il se passe autour de vous.

Par contre, l’une des seules sources de déceptions vient de la connexion Bluetooth. Celle-ci n’est pas mauvaise mais après plusieurs jours de tests, quelques couacs non dommageables ont été constatés. Si vous pouvez vous éloigner de votre « source » audio jusqu’à plus de 5 mètres, la transmission Bluetooth peut être freinée voire interrompue par certaines matières (exemple perso, un manteau ciré). On regrettera aussi l’absence d’un étui de rangement, ce qui est dommage pour un casque qui a pour vocation à être nomade.

Notre verdict : Le Skullcandy Grind Wireless se révélera un excellent investissement si vous cherchez un casque nomade et confortable surtout niveau du rapport « qualité/prix », notamment si on le compare à ses concurrents directs. Avec son autonomie de 12 heures en Bluetooth, il est très bien adapté au transport. Surtout, il dispense un son d’une qualité haut de gamme avec des basses équilibrées.

Le Skullcandy Grind Wireless sera disponible à partir de 18 avril sur le site de la marque et chez certains revendeurs, au prix de 89,99€.

A PROPOS
Cyclones Magazine est un webzine français spécialisé dans la culture urbaine, ou street culture, dans lequel vous trouverez les toutes dernières tendances modes, musicales et artistiques provenant des quatre coins du monde.
NEWSLETTER