On a testé le voyage en car avec Ouibus

Longtemps mis de côté voire moqué et décrié, le voyage en car revient à la mode grâce notamment à la compagnie Ouibus. Créée en 2012 sous le nom d’IdBus, la filiale de la SNCF, qui a pris le nom de Ouibus en septembre 2015, est l’une des locomotives du marché des voyages en bus. Hyper prisée des moins de 35 ans, elle a été plébiscitée par plus de 5 millions de personnes. Et pour savoir ce qu’il en est réellement, nous avons donc testé ce mode de voyage. Et sur un long trajet qui plus est, sinon ce n’est pas marrant.

 

Réserver un Paris-Marseille pour le week-end du 14 juillet ? C’est possible avec Ouibus !

Pour ce voyage en car nous avons booké un Paris-Marseille, soit environ 900km, pour l’une des périodes les plus compliquées de l’année : la semaine du 14 juillet, avec son jour férié qui tombait un vendredi cette année. Tout d’abord, au niveau tarif, alors qu’un aller simple en TGV coutait près de 200€ deux jours avant le départ, la réservation d’un aller-retour de nuit avec Ouibus a coûté 167€. Le tout pris quelques heures avant le départ

Le jeudi 13 juillet donc, à 23h15, le départ s’est fait sur le parking de la gare routière de Bercy. Pour être honnête, nous avons dû attendre un peu avant d’embarquer dans le bus en raison du grand nombre de départs à ce moment là. Ce qui témoignait en autre de la popularité de ce mode de voyage et surtout de la compagnie. Après avoir montré patte blanche en présentant son billet électronique au sympathique chauffeur qui enregistre chacun en le saluant par son prénom, nous avons pu partir. Avec la promesse de rattraper le court retard pris.

Un trajet plutôt calme

Dans ce Paris-Marseille, la quasi-totalité des sièges sont occupée. Parmi les passagers à bord, la population est homogène même si les jeunes représentent la majorité du bus. Très vite, le silence s’installe. Certains lancent un film sur leurs ordinateurs, d’autres tentent de lire mais la plupart commencent à dormir. Les sièges sont spacieux et quasiment tous inclinables, l’idéal pour un somme. Le seul inconvénient reste la clim’, beaucoup trop forte même pour la période estivale. Prévoir un pull voire une petite couverture pour voyager confortablement. En 11 heures de route, nous ne faisons que trois pauses de 35 minutes minimum sur des aires d’autoroute. Nous arrivons finalement un peu avant l’heure prévue sur Marseille. Le débarquement se fait en plein cœur de la ville, directement à la gare Saint Charles. Globalement le voyage s’est bien déroulé. Le confort est vraiment optimal et les passagers ont été très respectueux (à un problème d’odeur de pieds près).

via GIPHY

Aussi : on vous conseille de trouver de quoi vous occuper parce qu’un Paris/Marseille, c’est VRAIMENT long. Et prenez de quoi vous nourrir. Ne faite pas comme nous, n’attendez pas les quelques arrêts en aires d’autoroute pour vous faire « voler » (oui un paquet de 20 Granola à 3,75€, c’est du vol).

Voyagez dans toute la France et au delà à partir de 9€ !

Sans surprise : le prix est l’argument numéro UN en faveur du bus. Voyager sans débourser des mille et des cents pour un court voire un trajet moyen reste un luxe. À cet égard, et après comparatif de prix avec ses principaux concurrents (Flixbus et Eurolines), le rapport qualité/prix est plus qu’à l’avantage de Ouibus (cf les sites de recherches). En effet, la compagnie est l’une des références actuelles du voyage avec plus de 180 destinations disponibles en France et en Europe… à partir de 9 euros ! La compagnie offre même des voyages de nuit, ce qui permet d’économiser une nuitée en hôtel ou autre. Idéal pour les petits budgets.

En plus du tarif avantageux, prendre le bus offre plus de flexibilité notamment lors du booking qui se fait en quelques clics via le site Ouibus ou l’application mobile. Aussi, avec le bus, nul besoin de se pointer deux heures avant l’embarquement. Il suffit d’arriver une demi-heure avant le départ pour placer les bagages dans la soute. Et en cas de pépins inopinés, la compagnie est joignable quasiment 24h/24 grâce aux réseaux sociaux et son service-client est très compréhensif.

Autre bon point : le niveau de confort et les nombreux services offerts par la compagnie. Contrairement à l’avion, vous n’avez plus à faire une croix sur votre connexion internet. La « Ouifi » (#JeanBlaguinHumoriste lol ), les différentes prises électriques et les nombreux ports USB fonctionnent parfaitement, vous permettant d’utiliser à votre guise votre tablette, votre pc ou encore recharger votre smartphone.

Le bus est une solution pratique pour ceux qui ne veulent pas subir la proximité qu’implique un covoiturage (coucou Blablacar). Les amateurs de Slow Travel seront comblés : le bus est aussi un bon compromis pour les personnes aimant voyager à un rythme plus agréable. Les trajets sont souvent longs mais rien ne vous empêche de prendre un trajet de nuit. Dormir dans le bus pour arriver frais et dispo le lendemain au lieu débarquer en train ou en avion tard le soir se révèle être un bon deal. Enfin, pour les personnes soucieuses de l’environnement (vous êtes de plus en plus nombreux) le voyage en car est moins impactant pour l’environnement que les autres moyens de transports.

Verdict

Après avoir passé près de vingt heures sur les routes, on vous le dit : Ouibus, c’est validé par Cyclones Mag ! A votre tour, laissez vous embarquer !

via GIPHY

 

Cet article a été écrit dans le cadre d’un partenariat avec Ouibus qui nous a octroyé l’aller-retour pour que nous puissions tester leur service. Celui-ci a été écrit de façon de tout à fait libre.

A PROPOS
Cyclones Magazine est un webzine français spécialisé dans la culture urbaine, ou street culture, dans lequel vous trouverez les toutes dernières tendances modes, musicales et artistiques provenant des quatre coins du monde.
NEWSLETTER