David Lynch n’aime pas les graffitis !

Non, David Lynch n’est ni extrême ni un réalisateur mégalomane en accusant les graffitis de polluer les terrains de jeu du cinéma. Il n’est certes pas le seul à déplorer la surenchère de cet art de rue, recouvrant monuments historiques, grandes gares et autres espaces étendus, mais est le premier a accuser les writters d’avoir « ruiné le cinéma« . Le réalisateur se plaint que les équipes de cinéma doivent repeindre les murs parsemés de graffiti avant les tournages. Qu’on se le dise, le graffiti sera responsable du déclin de l’empire cinématographique selon l’auteur de Twin Peaks. Une chose est sur, le décor urbain a bel et bien changé depuis son célèbre Elephant man. « Les arbres ont disparus et les graffitis ont pris leur place » dit-il lors d’une conférence de presse à l’occasion de son exposition David Lynch: Between Two Worlds à la Galerie d’Art Moderne de Brisbane. L’artiste aux multiples facettes devient, à l’aube de ses 70ans, détracteur d’un des arts les plus populaires du XXIe siècle. On t’en veut pas papy !

A PROPOS
Cyclones Magazine est un webzine français spécialisé dans la culture urbaine, ou street culture, dans lequel vous trouverez les toutes dernières tendances modes, musicales et artistiques provenant des quatre coins du monde.
NEWSLETTER